« Voisins volontaires », écologie rime avec projet de vie

  • Par admin
  • 29 novembre, 2015
  • Commentaires fermés

 

 

 

 

L’écologie se conjugue souvent avec projet de vie. Mener cette aventure collectivement n’est pas un long fleuve tranquille, mais les « Voisins volontaires » de Saint-Nolff voient presque le début du chantier…

L’histoire des Voisins volontaires est une histoire de patience. Quand on sort des sentiers battus, il faut convaincre à chaque étape. « Pourtant nous ne sommes pas une réserve d’Indiens ! », se défend Dominique Malidin, devenue militante du projet par nécessité.

Une démarche collective

En 2007, la commune de Saint-Nolff achète un terrain pour y aménager un éco-quartier. En 2011, deux couples proposent au maire d’y mener un projet d’habitat partagé sur une parcelle de 3.000 m². « Pour moi, la date clef est mars 2012 et une réunion de présentation à l’Éloge de la lenteur à Vannes », raconte Dominique Malidin. « J’ai découvert l’habitat partagé. Je me suis dit que c’était une bonne manière d’être chez soi, tout en étant entourée, dans une mixité de générations et d’origines sociales. C’est cette dimension humaine plus qu’environnementale qui m’a motivée ».

Dès ce printemps 2012, l’équipe de Voisins volontaires est constituée. Elle établit une charte. De Saint-Nolff, Séné, Grand-Champ, de Savoie ou de la Creuse, ils commencent à travailler ensemble sur ce projet complexe. Certains financent leur projet, d’autres sont en accession à la propriété, d’autres en locataires sociaux. Logiquement c’est Solecité de Nantes, une société coopérative d’architectes spécialisée dans les projets citoyens, qui conçoit les trois îlots de logements et la salle commune, en collaboration avec les futurs habitants. Le permis de construire est déposé en juillet 2014.

Habitat écolo

Mais l’association doit aller au-delà du Morbihan pour trouver un bailleur social prêt à soutenir l’aventure. Du coup, obtenir les cautions devient plus compliquer. « On nous avait prévenus qu’entre l’idée et l’arrivée dans nos logements, il fallait compter cinq ans. Pour beaucoup d’entre-nous, c’est une opportunité unique d’accéder à la propriété. Mais cette démarche collective est bousculante. J’ai beaucoup appris sur moi ! », sourit Dominique Maladin, impatiente d’assumer enfin son rôle de « mamie » d’adoption dans ce petit groupe dont les membres ont entre 2 et 75 ans.

Finalement, la voisine volontaire est aussi devenue attentive à la dimension environnementale du projet. « Il est peu gourmand en espace, 1.000 m² bâtis seulement pour treize logements, car certains ont accepté de vivre à l’étage et des espaces sont mutualisés dans la maison commune : chambre d’amis, buanderie… », explique-t-elle. Les maisons seront à ossature bois, d’origine locale. Les toits équipés de panneaux solaires et photovoltaïques pour l’eau chaude et l’électricité. L’eau de pluie sera récupérée pour l’arrosage des jardins, les toilettes et le lavage du linge. Les logements étant mitoyens, une partie des problèmes d’isolation est déjà résolue… Puis chacun investira sur ce thème selon ses moyens pour tendre vers l’habitat passif. Dominique Malidin a choisi un mélange de copeaux de cèdre et bouchons de liège recyclés. Aujourd’hui, il ne manque plus que le déblocage des emprunts. Vu les délais de réalisation du projet, un T4 en duplex cherche à nouveau preneur. Mais le chantier démarrera de toute façon au printemps 2016.

Contact  Tél. 06 37 99 53 11

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/habitat-voisins-volontaires-ecologie-rime-avec-projet-de-vie-23-11-2015-10860603.php#YcR6G0JXoyqlGljU.99

Les commentaires sont clos.